Quel mode de désignation de la future tête de liste socialiste aux élections municipales de 2014 ?

Le par

Suite au travail de la section angevine, un débat a été organisé le 8 avril dernier pour permettre aux militants d’échanger sur ce sujet important à moins d’un an de

l’échéance municipale. Ce débat qui a réuni 140 militants a permis à chacun de s’exprimer sur le choix du mode de désignation. Le débat prenait appui sur le

diagnostic établi en amont par un groupe de 40 militants qui ont réfléchi aux atouts et faiblesses des deux modes de désignation possible.

Ce soir, 159 militants ont voté sur la question qui leur était posée. La proposition d’organiser une primaire citoyenne ouverte aux Angevins a recueilli 26,92% des

suffrages (soit 42 votants). La proposition d’une désignation interne à la section d’Angers a recueilli 73,07% des suffrages (soit 114 votants).

« Je remercie les militants socialistes angevins d’avoir pu organiser et débattre de cette question dans les meilleures conditions. Le vote de ce soir clôt ce travail

préparatoire à la campagne. J’adresserai, demain matin, un courrier à Harlem DESIR, Premier Secrétaire du Parti Socialiste, pour l’informer du souhait de notre

section. Le conseil national du 13 avril prochain confirmera qu’il n’y aura pas de primaire à Angers. »

« Il est désormais important que toute notre énergie se tourne sur la préparation d’un projet conforme aux attentes des Angevins. En mars prochain,

nous leur proposerons de renouveler la confiance qu’il nous accorde depuis plusieurs mandats. Face à la crise économique et à une droite

revancharde, seule l’unité de toute la gauche pourra permettre à la ville d’Angers de garder le cap d’un projet ouvert à tous. » précise Silvia CAMARA-

TOMBINI, secrétaire de section.

 

Sur le même thème, lire aussi :

Nous, socialistes Angevins, ne pouvons être indifférents au contexte social dénoncé par le mouvement des gilets jaunes. Nous comprenons bien sûr la colère de nombreux citoyens, une colère qui couve
Le par
La France compte entre 5 et 8,8 millions de pauvres selon la définition adoptée. Entre 2006 et 2016, le nombre de personnes concernées a augmenté de 630 000 personnes au
Le par

Les derniers contenus multimédias