Jouer l’indignation pour ne pas répondre : une ligne de conduite répétitive de la majorité municipale!

Le par

Une fois de plus, le conseil municipal a été le triste théâtre d’une majorité municipale qui ne supporte aucune critique, aucune remarque. Une majorité qui refuse d’accepter que nous rappelions que la ville paye aujourd’hui les erreurs de gestion du conseil départemental !  Il serait presque comique d’entendre les interventions de certains adjoints comme Mrs Capus et Groussard nous appeler à de la retenue et à la mesure… bien loin de leur registre lorsqu’ils étaient eux mêmes dans l’opposition .

Mais, nous ne sommes pas dupes de la manœuvre orchestrée…Lorsque Rose Marie VERON dénonce le sort réservé aux plus fragiles, elle « caricature », lorsque Fréderic BEATSE rappelle les renoncements sur le tramway, il est « dans l’excès », lorsque j’évoque l’avenir peu engageant des maisons de quartier, je suis, selon eux, « incapable d’apporter des éléments concrets ». Pire encore, Anthony TAILLEFAIT qui démontre très précisément les erreurs manifestes du budget 2016 se fait attaquer de toute part mais sans que jamais de réponses concrètes soient apportées à des questions pourtant essentielles : l’endettement de la ville qui s’envole, la stagnation (et donc le recul des aides au CCAS), la transparence sur les subventions associatives, des investissements qui ne préparent pas suffisamment l’avenir …

Deux ans après son élection, il règne dans cette municipalité un parfum d’inquiétude, une ambiance pesante, tout cela sans doute lié à une conduite d’un maire trop peu présent et aux multiples renoncements des projets pourtant promis aux Angevins.

Je veux réaffirmer, très solennellement, et malgré ce climat délétère et les multiples attaques à notre encontre que nous ne renoncerons ni à défendre les angevins ni à défendre nos convictions !

Silvia CAMARA-TOMBINI, Secrétaire de section du Parti Socialiste d’Angers

 

Sur le même thème, lire aussi :

Nous, socialistes Angevins, ne pouvons être indifférents au contexte social dénoncé par le mouvement des gilets jaunes. Nous comprenons bien sûr la colère de nombreux citoyens, une colère qui couve
Le par
La France compte entre 5 et 8,8 millions de pauvres selon la définition adoptée. Entre 2006 et 2016, le nombre de personnes concernées a augmenté de 630 000 personnes au
Le par

Les derniers contenus multimédias