L’entrée de sens commun au sein du gouvernement serait un vrai retour en arrière!

Le par

Ce week-end, les médias et les réseaux sociaux ont largement partagé et commenté l’information selon laquelle François FILLON, sil était élu président, pourrait intégrer des membres de Sens commun dans son gouvernement.

 Cela devrait-il nous étonner ? Bien sûr que non. Faut-il rappeler que Sens commun, mouvement né de la contestation du mariage et de l’adoption pour tous, a déjà intégré de nombreuses collectivités et nous sommes bien placés à Angers pour le déplorer. Ainsi, depuis mars 2014, plusieurs élus de la majorité municipale revendiquent leur appartenance à Sens commun. Nous avons d’ailleurs tous vu un lien entre ces élus et la décision de Christophe  BECHU de censurer des affiches pour la prévention anti VIH. Ou encore quand notre ville a malheureusement fait parler d’elle dans la presse nationale car des élus municipaux ont assumé refuser de célébrer des mariages de couples de même sexe.

Depuis 2015, ce sont 10 élus étiquetés sens commun qui ont fait leur entrée au sein du conseil régional. Et là encore, nombreuses sont les décisions réactionnaires et ultra-conservatrices qui se sont traduites notamment par des baisses de subventions à des festivals culturels.

Et demain ? Faut-il rappeler que plusieurs candidats « sens commun » ont obtenu leur investiture pour être candidat aux législatives sous la bannière des républicains ? C’est ainsi le cas de Maxence HENRY sur la première circonscription.

Alors oui, l’entrée de sens commun au sein du gouvernement serait une catastrophe quand à la vision de la famille qu’ils défendent et serait un véritable retour en arrière !

Silvia CAMARA-TOMBINI

Secrétaire de la section d’Angers du Parti Socialiste

Sur le même thème, lire aussi :

Ce week-end, les médias et les réseaux sociaux ont largement partagé et commenté l’information selon laquelle François FILLON, sil était élu président, pourrait
Le par
A une semaine du premier tour de l’élection présidentielle, un appel à soutien en faveur de Benoît Hamon est relayé par des élus de l’ensemble de la région, conseillers municipaux,
Le par

Les derniers contenus multimédias